Les assurances de prêts.

Etant parapentiste, je suis souvent consulté pour les questions concernant l’assurance de prêt pour les pratiquants de sports dit « à risque ». Comme pour toutes questions il y a

  • les réponses simplistes des gens qui n’y connaissent rien,
  • la réponse simple et rapide qu’on peut faire pour répondre à une question précise sur Facebook par exemple
  • les explications détaillées pour aller plus loin

j’avais envie de réaliser un article sur ce blog pour aller un peu plus loin que d’habitude

 

La réponse très rapide

Quand une pratique figure parmi la liste des exceptions cela signifie qu’elle n’est pas couverte. Entre d’autres mots, s’il vous arrive un pépin lorsque vous pratiquez votre activité favorite, vous ne bénéficiez d’aucune garantie de la part de l’assureur. 

En revanche, la bonne nouvelle, c’est que le fait de pratiquer cette activité n’annule pas la garantie que vous pouvez avoir par ailleurs. Par exemple, si un jour vous passez sous un bus, même si l’assureur sait que vous pratiquez des activités « dangereuses », votre prêt sera remboursé à hauteur de votre quotité d’assurance (à condition bien sûr que vous n’êtes pas passé sous le bus en pratiquant votre loisir extrême).

La réponse moins rapide…

… consiste quand même à faire prendre conscience de ce que représente l’assurance de prêt. Les banquiers nous l’imposent pour l’octroi d’un crédit immobilier (alors que la loi ne dit pas qu’elle est obligatoire). En conséquence, on ne voit ce service que comme un coût supplémentaire. Pendant très longtemps cette annexe a été une vache à lait pour les banquiers. Nous avons payé très (trop) cher ce service. Notre impression se renforce en quasi-certitude, quand ce service n’a jamais été personnalisé selon nos besoins.

Et pourtant il s’agit d’un réel service que nous pouvons utiliser pour garantir la sécurité de la famille. Tout le monde pense au cas extrême. Si l’assuré meurt, effectivement le banquier finit de rembourser la part du prêt qui incombe au défunt. C’est peut-être le cas le plus tragique, mais c’est certainement le cas le moins coûteux. Que se passe-t-il si vous devenez infirme ? La belle maison que vous avez achetée fort chère continuera-t-elle à être adaptée à votre handicap ou bien faudra-t-il prévoir des travaux lourds et onéreux pour l’adapter ? Ces travaux ne risquent-ils pas de se rajouter à des mensualités que vous aurez déjà du mal à payer en plus des frais médicaux ? 

À toutes ces inquiétudes se rajoute aussi la difficulté de lire le vocabulaire des assureurs. Reprenons l’exemple précédent de l’assuré qui devient infirme. Quelle est la définition d’une invalidité ? Si un médecin du travail déclare que vous pouvez encore exercer un (autre) métier (même si ce dernier ne vous plaît pas), est-ce que l’assureur considérera que vous êtes en invalidité ? 

Je lis beaucoup trop de réponses de gens qui sont persuadés d’avoir recréé une assurance de prêt grâce à une garantie des accidents de la vie. Par pitié, fuyez toutes ces réponses qui ne démontrent que la méconnaissance de ces deux assurances. Certes il y aura toujours des gens qui desserrent des vis grâce à des couteaux de cuisine. Même si cela fonctionne une fois, ça reste du (mauvais) bricolage. Les vis et les couteaux vous remercient d’utiliser un vrai tournevis.

 

et la réponse très longue

La réponse très longue consiste à étudier l’assurance de prêt dans un contexte global (ça tombe bien, c’est notre deuxième spécialité chez Cysco avec la démarche pédagogique). L’assurance de prêt est un outil pour assurer la sécurité de la famille face aux aléas. C’est un bon outil puisque s’il est bien choisi, il est même parmi les moins onéreux (à capital sous garantie équivalent).

Avez-vous déjà serré un boulon alors que l’écrou de l’autre côté tourne dans le vide ? Et bien une assurance de prêt est un bon outil, mais de la même façon il ne fait pas tout !

Parlons un peu du crédit

Depuis 2010, la loi Lagarde oblige les professionnels à vous rappeler qu’un crédit vous engage et doit être remboursé. Depuis les années 2000 le banquier doit aussi vous annoncer le TEG puis le TAEG ainsi que d’autres mentions pour vous faire prendre conscience de ce que coûte le crédit.

Le législateur agit ainsi pour protéger le consommateur. Malheureusement, comme souvent l’enfer est pavé de bonnes intentions. En se focalisant ainsi sur le coût du crédit au lieu d’avoir une vision plus globale, nous finissons par faire de mauvais choix.

Prenons un exemple

Vous souhaitez acheter un bien de 500k€. Avec les divers frais, le projet représente une dépense de 550k€.

Pour diminuer les frais, nous allons avoir tendance à injecter un apport personnel et à diminuer la durée d’emprunt. Dans l’exemple, supposons qu’on apporte 350k€ et qu’on choisisse un prêt sur 15 ans.

Nous réalisons donc un emprunt de 200k€ sur 15 ans. Les taux « standards » actuels à la date de rédaction sont de 0,87%. On a l’impression de faire une meilleure affaire que si on empruntait sur une durée plus longue.

A contrario, nous pouvons envisager une opération patrimoniale. C’est-à-dire une opération où l’objectif maîtrisé est d’assurer la sécurité de la famille. Pour ce faire nous allons, dans un premier temps assumer les coûts.

Le banquier va quand même nous demander de réaliser un apport minimal. Cet apport représente à peu près 10% du projet. Nous allons aussi devoir apporter les frais de notaire, les frais bancaires, frais de garantie… Au total nous nous retrouvons donc à devoir apporter, dans notre exemple, 96.670 €

L’emprunt sera donc de 453k€ sur une durée de 25 ans. Le taux toujours à date de rédaction de l’article sera de 1,30%.

L’offre de prêt du banquier fait apparaître un coût du crédit supérieur. Le coût de ce prêt est assumé. Nous allons voir comment la stratégie patrimoniale globale va transformer cette opération en avantage.

Calculs et stratégie patrimoniale

comparaison empruntsavec apport
crédit court
 apport mini
crédit long
montant du projet550.000 €555.000 €
apport                350.000 €                  96.670 €
Montant du financement                200.000 €               453.330 €
Taux d’intérêt annuel0,87%1,30%
Durée de l’emprunt (en années)1525
mensualité1.185,59 €1.770,74 €
CRD à 15 ans                   0 €      199.155,86 €

Au bout de 15 ans, le crédit est payé. La famille ne supporte plus de charge. La vie est belle 😎

Pour comparer, au bout de 15 ans, la famille doit encore 199k€ à la banque,

mais surtout la famille doit payer 1.770€ chaque mois. Ce est supérieur à celui de l’autre solution où la famille devait payer seulement 1.185 € chaque mois.

Si on s’arrête là, on se précipite, comme tout le monde sur la solution évidente.

1er projet2e projetdifférence
apport350.000 €96.670 €253.330 €
mensualité1.185.59 €1.770,74 €-585,15 €
CRD 15 ans0 €199.155,86 €-199.155,86

Mais dans cette deuxième solution, la famille n’a pas investi 253.330 € dans les murs. On peut placer cette somme !

Du point de vue purement des mathématiques financières, existe-t-il un placement

  • on verse 253.330 €
  • on retire 585,15 € chaque mois pendant 15 ans
  • il reste 199.155,86 € au bout de ces 15 ans

Si la réponse est oui, c’est-à-dire si on résout cette équation, alors les deux opérations seront beaucoup plus comparables ! N’est-ce pas ? La réponse en termes de mathématiques financières est OUI ! Ce placement serait à un taux de 1,51% par an.

Avantages

  • Premier avantage : vous avez le choix ! Au bout de quinze ans, vous avez le choix de rembourser le banquier ou de conserver votre crédit. Dans le premier cas, vous vous contraignez à rembourser le crédit en 15 ans et vous n’avez pas le choix de rallonger votre crédit en cas de besoin.
  • Deuxième avantage : pendant ces 15 ans, vous avez un capital entre 200k€ et 250k€ qui peut vous aider à traverser de mauvaises passes. C’est déjà une belle protection de la famille.
  • Troisième avantage : que se passe-t-il en cas d’aléa ? (mettons le décès parce que nous avons vu que c’est l’aléa auquel tout le monde pense). Dans les deux cas, la maison est remboursée (si la personne est assurée à 100%). Mais dans le deuxième cas, les enfants, héritent de la maison et en plus d’un placement dont la valeur est entre 200k€ et 250k€. Ne croyez-vous pas que cela va leur changer la vie ?

Pour aller plus loin

Est-ce que ce placement existe réellement ? Ceux qui sont persuadés de tout savoir auront leur propre réponse (mais ceux-là n’avaient déjà certainement pas besoin de lire cet article pour savoir comment bien faire un emprunt immobilier 😜😉).

Pour les autres, nous vous laissons nous contacter parce qu’un bon placement

  • Dépend de vos profils.
  • Dépendra aussi de vos autres projets (études des enfants, changement de la voiture …)

et surtout parce que cette étude théorique ne vaudra jamais une étude pratique de votre situation réelle et concrète.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.