La cigale et la fourmi – fable moderne

Nombre de nos clients sont partagés entre « Je dois économiser » et « on ne vit qu’une fois ». Pour leur éclairer ce choix, nous avons revisité la fable de la cigale et de la fourmi.

Les jeunes années

Prenons donc une cigale et une fourmi. Elles ont 20 ans. Elles viennent de finir leurs études et ont décroché, toutes les deux, leur premier emploi. La cigale touche enfin ses salaires. Elle en profite pour vivre ! La fourmi, elle, était habituée à un train de vie d’étudiant. Elle s’en sortait avec un budget de trois francs six sous. Son nouveau salaire lui permet d’épargner 200€ chaque mois. Comme elle est bien accompagnée 😉 , elle met ses 200€ sur un placement équilibré, qui rapporte un peu (mettons 4% / an pour faciliter les calculs).

La crise de la quarantaine

La fourmi fait le point sur sa vie. Cela fait 20 ans qu’elle épargne consciencieusement. Elle arrête de placer son argent et profite de son salaire pour offrir un joli train de vie à sa famille. Elle peut se le permettre puisque son épargne représente 78.788 €.

La cigale, commence à prendre conscience que la retraite approche. Il est temps qu’elle fasse quelque chose. Tant pis pour la famille, elle va se mettre à économiser. Elle économisera les mêmes 200€/mois que faisait la fourmi.

La retraite sonne

70 ans … C’est l’heure du départ à la retraite après une vie laborieuse bien remplie. La cigale est finalement assez heureuse ! Grâce à ses efforts pendant 30 ans son placement représente 138 810 €. Selon son espérance de vie, la cigale réalise que sa retraite devrait durer 20 ans. Elle pourra retirer 841 € chaque mois de son placement durant ces 20 ans à venir.

La fourmi prend sa retraite au même moment. Son argent a continué à travailler. les 78.788€ sont devenus 261.064 €. Son complément de revenu sera d’autant plus grand, soit 1 582 €. Elle pourra non seulement réaliser ses derniers rêves, mais elle pourra aussi aider ses petits-enfants.

Morale

En épargnant plus tôt, la fourmi a pu épargner presque deux fois plus que la cigale. C’est déjà un très bon résultat. Mais il faut aussi retenir que la fourmi a épargné moins longtemps (20 ans contre 30 ans pour la cigale). Sa famille et elle ont donc mieux profité de la vie. De ce fait, il faut mettre en place, le plus tôt possible, les mécanismes d’épargne. Le temps multiplie alors l’efficacité de votre placement Cela s’appelle le mécanisme des intérêts composés : les intérêts acquis en investissant se mettent à leur tour à travailler et produire d’autres intérêts. Plus vous épargnez tôt dans votre carrière, plus vite cela vous permettra de profiter de votre vie.

Pour aller plus loin :  N’hésitez pas à nous contacter pour obtenir les calculs.
Nous avons changé les chiffres de cette page pour que tout le monde puisse s’identifier, même les cigales qui nous lisent et pour qui l’hypothèse initiale de 500€/mois semblait inaccessible. Si vous voulez obtenir la fable personnalisée avec votre capacité d’épargne vous connaissez le chemin 😉

La coccinelle

La coccinelle, voisine de la fourmi, a presque suivi un parcours identique. Elle a épargné dès le début de sa carrière. «Presque» parce qu’elle s’est acheté une petite voiture au tout début de sa carrière. La voiture lui a couté 5 000 €. Elle a trouvé une superbe affaire sous la forme d’un crédit à 0% pendant 3 ans. Les mensualités sont de 138.89 €

Les trois premières années de sa carrière, la coccinelle a donc économisé 200 € – 138,89€ = 61,11 € /mois. Dès la 4e année, elle économise les mêmes 200€/mois que la fourmi. Le lendemain de ses 40 ans, comme la fourmi, elle a arrêté d’économiser. Le jour de son départ à la retraite, elle se trouve à la tête d’un joli capital de 225 008 €.

Sa voiture lui  a donc finalement coûté (par rapport à la fourmi) 261 064 – 225 008 € = 36 056 €

Est-ce que ce crédit à 0% était une bonne affaire ? Je vous laisse juger par vous-même.

Le Coq

Cela fait quelques années que cette fable est présente sur notre blog. Il manquait un animal qui représente le comportement classique des Français, mettons un coq, notre emblème national. Les Français sont des champions de l’épargne. En revanche les Français sont biberonnés au livret A. Supposons que le livret A permette de préserver l’épargne face à l’inflation (ce qui n’est pas vrai pour toutes les époques).

Le coq donc épargne. Il épargne toute sa vie, du même montant que les autres animaux (200€/mois). En revanche le coq est mal conseillé. Il place tout son argent sur le livret A (enfin sans tenir compte du plafond). Au moment de sa retraite il aura réussi à accumuler 200€ x 12 mois x 71 ans = 122.400€ d’économies. Ceci qui lui permettra d’obtenir un complément de retraite de 510 €/mois = 122.400 € / 12 mois / 20 ans. Mais pour réaliser cette épargne, le coq a dû se priver toute sa vie, de 20 à 70 ans (soit beaucoup plus que tous les insectes de notre fable).

Moralité : épargner c’est très bien. Mais il est primordial de choisir les supports adaptés en fonction de l’échéance de nos projets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.